02 juin 2005

Réunion d'état-major

Le temps de saluer les soldats survivants de la terrible bataille, et je pénétrais dans la tente réservée aux officiers. Sur une grande table au centre de la pièce, une carte de la plaine, ornée de flèches et de sortes de pions multicolores, témoins de l'affrontement dantesque de la veille. Une éternité…

Un étudiant au visage fatigué et sombre, mais dont le regard trahissait malgré tout une lueur de joie, pris la parole :

« Je viens tout juste de recevoir un rapport de nos éclaireurs Intranet. Les pertes s'élèveraient à presque la moitié de nos effectifs, mais la bataille serait gagnée ! »

Un concert de cris de joies accueillit cette déclaration, mais je ne pus m'empêcher d'avoir une pensée émue pour mes camarades tombés à mes côtés les jours précédents… Comme en écho à mes pensées, le général Premier de la Classe réclama alors le silence et commença un résumé oral détaillé du déroulement de la bataille :

« Comme nous le pressentions, l'obstacle anglais n'a pas pesé bien lourd. Les premiers affrontement s'étaient déjà révélés nettement en notre faveur, cette fois-ci nous leur avons porté le coup de grâce. »

Deux chiffres sur la table, à côté de mon nom, accaparèrent mon attention : « 15,75. Moyenne : 15,25. »

À ce moment, une estafette entra discrètement dans la pièce pour me remettre un message. La réponse à mon rapport ! Anxieux, je lis : « Engagement associatif : 14,00. »

15,25, 14,00… Soit 14,625. Mais le plus dur était à venir :

« En revanche, nos passes d'armes avec les Mathématiques se sont bel et bien révélées difficiles et sanglantes. Beaucoup d'entre nous sont tombés à ce moment-là, certains ne s'en relevèrent pas. Le général Séries Formelles nous a infligés de lourdes pertes. »

À nouveau, deux chiffres. 4,50. Douloureux. Dieu merci, j'avais déjà eu l'occasion d'affronter les troupes du général auparavant, et je les avais vaincues. Dans la douleur, certes, mais qu'importe. L'enseignement tiré de cette confrontation s'était révélé salutaire, et m'avait permis de survivre aux blessures reçues lors de cette ultime affrontement. Moyenne : 7,50.

« D'autant que les Probabilités et leurs unités archers et arbalétriers ne nous ont guère épargnés, elles non plus. À nouveau, beaucoup d'entre nous sont tombés, certains ont reçus là le coup fatal. »

Intérieurement, je me remémorais ce moment épique, au cœur de la tourmente… Dans l'euphorie de la victoire, je ne m'étais pas rendu compte à quel point j'avais souffert. Mais mon épée affutée au contact d'une première passe d'armes avec l'ennemi m'avait sauvé la vie. 7,00. Moyenne : 9,00.

« Et maintenant, l'ultime journée de cette bataille. Cette fois nous affrontions deux adversaires que nous connaissions nettement mieux. Toutefois beaucoup d'entre nous furent surpris par la violence et la rapidité de leur assaut, certains furent dépassés. Mais dans l'ensemble, l'issue de l'affrontement nous est positive. »

Je ne me souvenais que trop bien de ce sentiment d'être pris à la gorge, de frapper de taille et d'estoc, à droite, à gauche, avec l'impression constante d'être pris dans un tourbillon si rapide que je n'arrivais à suivre le rythme… Pourtant nous étions prévenus, paraît-il… Tu parles, il est sûr que ça aide énormément de savoir à l'avance que l'on va souffrir !

Cependant, je ne chutai jamais au cours de ce combat, et c'est couvert de sang, mais victorieux, que je me tournai vers nos derniers ennemis…

Langages et automates, calcul logique, preuves : 10,75. Moyenne : 12, 37.

…Structures de données, complexité, approche objet. Je me souviens avoir quitté le champ de bataille avec le sentiment d'avoir totalement dominé mon sujet, mais je me rendai compte plus tard que le dit-sujet contenait une erreur vicieuse qui m'avait infecté sans que je ne m'en aperçoive. Je vivais depuis ce moment dans l'attente de savoir si cette infection allait se révéler bégnine ou, au contraire, dangereuse… Par bonheur, la première hypothèse s'était révélée la bonne… Résultat : 15,75. Moyenne : 12,73.

Tandis que les officiers concluaient, je faisais intérieurement mon propre bilan… 11,245. La bataille du Second Semestre était gagnée… En faisant le compte des deux batailles, ce chiffre atteignait 10,90.

La guerre était finie. J'étais victorieux…

9 commentaires:

Eric a dit…

CONGRATULATIONS !
Félicitations !
Mazel Tov
Gloria

Je suis enchanté d'apprendre que tu as remporté la victoire sur ce rude adversaire.

Toutes mes félicitations.

Eric.

temps a dit…

La vie scolaire laisse des traces qu'il est parfois difficile d'oublier. Bravo pour l'imagination.
Cordialement

Albireo a dit…

Marchi à vous deux. ^___^

J'ai eu le courrier officiel ce matin, c'est donc désormais sûr et certain à 100 % (hier ça ne l'était qu'à 99,999999999999999999999 %).

Eric. a dit…

Coooooooooooooooooooooooooooooool.

J'en connais un qui va bien se mettre la mine ce soir ^^
Non ? Tu bois pas ?

Arfffffffffff


Eric.

Lisso' a dit…

Tsss, j'viens pas souvent errer sur les blogs, mais z'aujourd'hui,j'ai fait exception en en visitant deux-trois, et, déconnecté de la vie estudiantine que je suis, ai réalisé que ta guerre se terminait ! ... par une victoire, cela était espéré. ^^

Toutes mes félicie (ôci) tations donc m'sieur le visiteur d'un WE... il va te rester tout plein de temps pour t'entraîner à Soul Calibur II désormais, et espérer me battre avec un autre personnage que ce duelliste fanfrelucheux ! ^__<

See yooooooooo sooooooooon !

Lisso' qui s'en r'tourne à ses loisirs du WE (PES PES PEEEEEEEEEES...)

Albireo a dit…

Marchiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii !! ^______________^

Bon, malheureusement je retourne en campagne l'année prochaine. ^^ Mais l'ennemi aura cette fois un visage beaucoup plus familier. ;)

À crès bienteau, en espérant que tu auras progressé à SCII. :ppp Et désolé, mais je garde mon Raphie (pas Jean-Pierre, l'autre !), na ! ^___^

Elaurys Nathiel a dit…

Les héraults annoncent avec force trompettes l'arrivée de Dame Eurydice. Le jupon blanc disparaît sous un vaste bliaud de soie verte. Sur sa gorge se déploie des brode'Ry dorées. Symbole de son pouvoir sylvestre, les ramures du chêne enserrent le coeur de la dryade. Avant de prendre la parole, elle ôte (non sans difficulté) la capeline émeraude, retenue par des épingles à ses @*^#!!~ de cheveux...

"Chevalier, ta bravoure mérite un trophée des plus rares... Dérobées au dragon de mes bois, recois d'une main sans nul doute reconnaissante toutes... ses ficelles de caleçon !"

Les mots sont à peine prononcés, le cadeau à peine remis, qu'un petit être emmitouflé dans un pull vert et visiblement kouroucé tapote sur l'épaule de la prétendue fée verte...

"T'as pas l'impression d'avoir profité de ma sieste pour me déposséder d'un élément essentiel de ma garde-robe, là ?!"...

"C'est-à-dire que euh... Si ce n'était pour la bonne cause, je n'aurais pas osé... Tu me connais... "

"Oui, oui... * Petite tape compatissante sur l'épaule de sa chère et peu tendre * J'accepte tes excuses, Ry... Euh, Albi, j'aimerais assez que tu me les rendes si ça ne te... Merci... Tu comprends, les dryades à force de veiller les chênes en plein soleil, les vapeurs de lierre leur montent au cerveau... Du coup, elle prend tout au pied de l'arbre, la petite... En bref, et comme tu l'auras compris, toutes nos félicitations !"

^_________________^

Anonyme a dit…

Toutes mes félicitations à toi, JB. Profite bien de tes vacances, à présent. Tu les as méritées :)


Ron

Albireo a dit…

Marchi marchi marchi !!! ^______________________^

Bouh, je les aurais bien gardé tes ficelles de caleçon, moi ! (En plus ça serait allé super bien avec un certain string… ^^;;; )

'spère que vous allez bien tous les deux. :) À peluche, et encore marchi ! ^___^